THEME de RECHERCHE 1


Le premier thème de recherche concerne l’étude des tissus musculo-tendineux et conjonctifs avec une approche analytique, basée sur l’analyse des propriétés mécaniques (in vivo, in vitro), combinée à une approche fonctionnelle de la motricité.

BIOTN étudie la possibilité de restaurer la fonctionnalité du complexe muscle-tendon (CMT) suite à un traumatisme dû à un accident vasculaire cérébral (AVC). La compréhension des modifications musculaires après un accident vasculaire cérébral (ou toute autre maladie du système nerveux central entrainant une parésie), est un enjeu majeur de santé publique. L’AVC est, en effet, la première cause de handicap acquis de l’adulte. Un des objectifs de BIOTN est de démontrer que le muscle après un AVC est bien le siège précoce d’une myopathie évolutive, elle-même aggravante du trouble de la commande cérébrale.

Cette approche multidisciplinaire vise à caractériser cette myopathie –que nous nommons par hypothèse Myopathie Spastique–, et à démontrer son pouvoir délétère en termes d’aggravation des situations de handicap subies par les patients, avec un travail :

  • chez l’animal –étude d’un modèle de restriction sensorimotrice couplé à l’AVC chez le rat–.
    Ainsi, à partir d’un modèle de rat post-AVC qui induit la myopathie spastique, est évalué le changement des propriétés mécaniques du tissu musculaire affecté par la lésion cérébrale. Ces travaux visent à utiliser des approches multi-échelles basées sur des outils de simulation numérique par éléments finis pour caractériser les propriétés biomécaniques de micro-constituants tissulaires (fibres de collagène et fibres musculaires) pour les cas sain ou pathologique du modèle de rat.

 

  • chez l’homme en clinique –biomécaniques fonctionnelle, macro-tissulaire et micro-tissulaire–, doublé d’une approche histologique et génomique.
    Le même type d’étude est effectuée in vivo sur des patients ayant subi un AVC et sujets à la survenue d’une myopathie spastique, avec des outils adaptés (échographie, EMG, tests cliniques, biopsies avec étude des modifications du transcriptome du muscle pathologique). Les résultats escomptés permettront d’approfondir les liens existants entre les propriétés mécaniques des tissus de l’appareil locomoteur et la motricité, dans le cadre des capacités adaptatives humaines, dans un objectif d’optimiser l’évaluation de la fonction locomotrice du sujet sain au pathologique.

Les recherches du thème 1 visent donc à caractériser le comportement mécanique du tissu musculaire atteint de myopathie spastique afin d’améliorer la compréhension des mécanismes de dégradation du muscle et de ses enveloppes conjonctives et d’améliorer la prise en charge des patients, en visant, en particulier, à alléger significativement la charge des situations de handicap.


Ces travaux se situent également dans le contexte de l’étude des adaptations aux variations du niveau d’activité physique (hypoactivité avec ou sans pathologie jusqu’au sportif entraîné). Les résultats issus de ces travaux permettront de répondre à la problématique de restauration du mouvement.